Liposuccion : que faut-il savoir ?

La maternité ou votre alimentation vous a fait prendre du poids et vous aviez pour projet de retrouver votre silhouette des premiers jours ? La liposuccion est assurément l’option qui vous faut choisir. Découvrez ici ce que c’est que la liposuccion et les conditions de sa réalisation.

Liposuccion : qu’est-ce que c’est ?

La liposuccion est une pratique chirurgicale relevant du domaine de l’esthétique qui consiste à aspirer les graisses au sein de l’organisme d’un individu afin de modifier sa forme physique. C’est un procédé qui faut usage de canules insérées dans l’organisme du patient via de petites coupures effectuées sur sa peau. Consultez le lien ci-après pour  plus d'infos. Ces canules sont connectées à un équipement qui permet d’effectuer une aspiration définitive des cellules graisseuses car ils ne sont pas en mesure de se multiplier. C’est une pratique à laquelle des patients ont recours quand certains amas de graisse refusent de disparaitre bien qu’ils aient suivi un régime.

Liposuccion :  quand la pratique-t-on ?

Comme expliqué plus tôt la liposuccion se pratique dans les cas ou l’élimination des dépôts de graisse dans l’organisme n’a pas pu se faire par le biais des régimes et exercices physiques. Il existe malgré tout des situations dans lesquels la pratique de liposuccion n’est pas conseillée, il s’agit des cas où le sujet souffre de surpoids alarmant. Cela sous-entend que la liposuccion n’est pas une stratégie pour perdre du poids mais une méthode de remodelage médical. Avant la pratique d’une telle intervention, il vous faudra effectuer un contrôle préopératoire afin de déceler s’il n’existe pas de facteurs qui pourraient impacter sur l’intervention. La consultation d’un anesthésiste est également obligatoire car c’est une pratique qui ne saurait se faire sans son concours. Il est recommandé de prendre contact avec ce dernier au moins 14 jours avant l’intervention et d’arrêter avec certaines pratiques susceptibles de vous nuire.  La consommation de la cigarette par exemple est de nature à retarder la cicatrisation après une intervention. Il faudra également signaler que la prise de pilule durant cette période est à également un facteur qui peut engendrer la survenue d’embolie pulmonaire.